Arlandis : « J’encourage tous ceux qui ont une idée à poursuivre leur rêve »
23667
single,single-post,postid-23667,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 
008_Marisa[1]

Arlandis : « J’encourage tous ceux qui ont une idée à poursuivre leur rêve »

Marisa Arlandis a quitté son emploi dans la banque pour commencer une nouvelle vie comme propriétaire d’un gîte. Elle affirme que les débuts ont été difficiles, mais elle a réalisé son rêve : « Se lancer a été une grande aventure ». Dans cette interview, elle nous raconte ce que ce changement a supposé ainsi que la mise en marche de son projet.

Comment êtes-vous passée de la banque au lancement d’un gîte ?

C’est un projet que j’avais en tête depuis quelques années. Il y a 11 ans, j’ai décidé de racheter à la famille la maison de mes grands-parents, et de la réhabiliter peu à peu tout en conservant le style traditionnel et en respectant les matériaux de construction originaux comme les sols en terre cuite, les murs de pierre et les poutres en bois. J’y ai consacré mon temps libre pendant plusieurs années, avec les jardins, la peinture et la restauration de meubles que ma grand-mère nous avait laissés. J’ai toujours pensé que je vivrais ma retraite ici et que je monterais un jour mon gîte. J’ai simplement eu la chance de pouvoir me lancer dans ce projet quelques années plus tôt que prévu.

Était-ce un changement personnel très radical ?

Ne jamais avoir de vacances, ne pas pouvoir planifier et ne pas avoir de stabilité économique ne semble pas du tout attrayant, mais je fais ce que j’aime, j’ai fait de mon loisir mon travail. Je crois que c’est un rêve.
Se lancer a été une grande aventure et un grand changement dans ma vie.
Ce que j’apprécie le plus par-dessus tout c’est la flexibilité et la possibilité d’adapter les horaires, et d’avoir ainsi plus d’heures pour pouvoir profiter de la famille.

J’ai changé les bureaux pour le travail en plein air en recherchant des activités dans la région ou à Valence pour que nos clients aient un agenda bien rempli durant leur séjour ici. Je visite des chais, des clubs de sport, des restaurants de la zone, je recherche des itinéraires de montagne… Sans m’arrêter mais sans horaires. C’est fantastique !

Les débuts ont-ils été difficiles ?

Il n’y a pas de guide de survie lorsque vous décidez de lancer votre propre activité.
Durs, je crois que c’est le mot que les définit le mieux.
Pour démarrer cette aventure, vous devez être un tout-terrain prêt à tout.
L’expérience m’a servi à surmonter beaucoup d’écueils sur le chemin, mais ils n’ont pas été moins durs pour autant.

Les choses ne se passent pas toujours comme prévu. C’est vous qui commencez les choses, qui les poursuivez et parfois même qui les exécutez.
Miser sur la différenciation, la qualité, le service et vous ouvrir aux nouveaux marchés n’est pas facile, il y a un public qui attend mais nous devons l’atteindre. À présent je peux respirer, et même sourire. Il s’agit d’un projet à long terme, nous sommes venus pour rester et je récolte déjà les fruits du travail accompli.

J’encourage tous ceux qui ont une idée à poursuivre leur rêve ; employez-y toute votre énergie et passez d’une idée en tête à exercer votre propre activité. C’est bien d’être entrepreneur, mais cela doit durer cinq minutes, car il faut penser ensuite rapidement en chef d’entreprise, sinon le marché vous expulse.

Qu’a apporté le secteur de l’hôtellerie à votre nouvelle vie ?

Notre activité est essentiellement liée au loisir et à un modèle d’entreprise très participatif. Les clients ont toujours envie de rire et de prendre plaisir avec ce que nous leur proposons, et nous finissons dans une grande mesure par vivre ces expériences. Ce positivisme se transmet et le courant d’énergie se traduit par de nouveaux clients qui viendront visiter la région.

J’aime mon rapport avec eux et avec les nouveaux amis qui se rallient sur le chemin.
Je crois que ce secteur offre encore de grandes possibilités. Nous avons un climat fantastique, un système de santé, de la stabilité économique et juridique, une meilleure sécurité que celle que l’on peut respirer ailleurs dans le monde et tout ceci est un cocktail de choses positives qui, allié à l’emplacement de la maison, entourée de parcs naturels et à quelques kilomètres à peine de la côte méditerranéenne, et à notre volonté de proposer un service de qualité et du confort, supposent de grandes valeurs de différenciation. Tout ceci m’a donné l’énergie suffisante pour miser sur ce projet.

Avez-vous suivi un conseil particulier pour décorer et habiller l’établissement ?

S’entourer de professionnels est indispensable pour qu’un établissement soit différent et de qualité. Le conseil d’experts sectoriels comme Resuinsa a été la clé pour obtenir à la fois le confort et l’image que je recherchais.
L’expérience des équipes et la façon dont elles vous conseillent a beaucoup facilité le chemin. Entrer dans leurs bureaux est comme être chez soi. Et dès que nous arrivons là-bas, vous voulez en faire partie.

J’ai ajouté mes idées et goûts personnels à la chaleur et à la qualité de leur linge, qui est finalement la clé de nos souvenirs, c’est ce qui demeure en chacun de nous comme référence de l’établissement et ce qui dans une grande mesure fera que nous prenions la décision d’y retourner ou non.
Je souhaitais conserver le charme de l’espace tout en apportant la chaleur des chambres des grands hôtels avec des lits super accueillants.

J’ai toujours misé sur la différentiation et je crois que j’ai réussi en faisant équipe avec eux.

Comment créez-vous des expériences pour le voyageur dans un gîte ?

Les possibilités de créer des expériences uniques dans un gîte sont infinies, puisque votre mode de vie habituel et celui du pays que vous visitez se mêlent. Je crois qu’il y a une fusion de cultures dans l’espace très enrichissante, puisque l’on vit entre des murs qui ont une histoire, dans de petites localités qui conservent la saveur d’antan, avec le parfum de la campagne lorsque l’on ouvre la fenêtre. Vous respirez de l’air pur, vous voyez la couleur du ciel et pouvez faire votre repas sur le feu. Mais au fond tout ceci sera toujours guidé par vos propres goûts ; si vous décidez de cuisiner vous-même dans le gîte, vous créerez sans doute de nouvelles saveurs différentes des originales, qui seront le fruit des traditions du pays d’origine du visiteur. C’est sa propre expérience qu’il emportera dans son sac à dos en rentrant à la maison.

Qu’est-ce que nous faisons ? Nous laissons libre cours à l’imagination ; ensuite, en faisant équipe avec les clients, nous développons leur voyage sur mesure, mais en partant toujours d’une expérience œnologique.
C’est facile pour nous, puisque nous sommes entourés de vignobles et de chais jouissant de plusieurs siècles de tradition dans la production, nous avons une gastronomie propre très développée qui suscite l’intérêt des gens, et par ailleurs, nous sommes à quelques minutes de plusieurs parcs naturels qui offrent de nombreuses activités de loisir en plein air.

Nous sommes en outre à 35 minutes de Valence ; notre offre est donc globale et très intéressante pour le public qui vient de loin, puisqu’un déplacement si rapide nous permet de concilier vie à la campagne + montagne + vin + sport + ville + culture + spectacle + plage.

Quel est le profil du public qui choisit le tourisme rural ?

Je pense qu’un changement est en train de se produire dans les tendances et les goûts.
Je crois qu’en offrant qualité et service, en proposant toutes sortes d’activités, notre public est toute personne qui cherche à se couper de son quotidien mais hors des grandes villes et de la vitesse qu’elles nous impriment. Il peut s’agir de groupes d’amis cherchant des escapades dans des chais ou à travers le sport, des groupes de méditation ou de yoga, des couples faisant une escapade en amoureux, des entreprises cherchant des espaces différents pour développer leurs activités en dehors des murs de leurs bureaux, des familles souhaitant profiter de leurs enfants à la campagne en faisant du vélo ou une autre activité. Ils sont tous nos clients.
Une grande partie de notre travail est de penser de façon ouverte, précisément pour rendre l’espace inclusif, que ce soit pour le loisir ou le travail, et nous ferons en sorte que tous, des bébés aux personnes âgées, profitent du tourisme rural et vivent une expérience qu’ils souhaiteront sans doute recommencer.
Notre offre de tourisme rural est globale dans tous les sens du terme, et de ce fait très attrayante.